PARIS 2024 #JeReveDesJeux Let’s do this !

Capture d’écran 2015-09-27 à 17.48.59

Let’s do this!

Of course, I’m in! As it is beginning its campaign to mobilise the public, politicians and athletes for the Paris Olympic Games candidacy for 2024, the French National Olympic Committee has announced that is attempting a crowd-funding effort to cover part of the budget. I am proud that they have chosen our platform, Sponsorise.me, to accompany this ambitious project. And I am convinced that it is a strong, innovative initiative that corresponds to our increasingly connected society.

 

I am sure that it will have a direct influence on the decision the members of the IOC will make in September 2017 in choosing the site for the 2024 Olympic Games. How can they ignore that the collaborative economy is no longer simply a passing fashion, but a real, positive, alternative trend? How can the IOC  remain blind to the universal values – coming together and collaborating for a cause, the joining of disparate people for the common good – that resemble the stated goals of the Olympic Movement so closely? I see proof of this in the number of projects we receive, and in the other platforms that deal in this domain around the world, to help athletes and teams hoping to finance – through crowd-funding – their participation in… the Olympic Games.

 

Modern and Innovative

Crowd-funding follows an age-old practice, but it is the development of social networks that has allowed it to blow up. Utilizing this method to help finance Paris’ Olympic bid is a way of showing that our country is no longer weighted down by its heavy history. That Paris is not a sleeping giant, enrobed in the odor of mothballs, but a vibrant, innovative capital, one of the leading hubs for start-ups in the world. Let’s stop claiming that our candidacy will be digital. They all will be. Rather, let’s use our imaginations in how we’ll use this technology. Let’s be creative, take risks to improve our project, expand its force and depth.

We need to be careful about which ideas we want to put in place. When I hear talk of a “collaborative system” that would ask for 1€ per sports licence, personally it gives me the impression that we’re diving centuries into the past: a new tax, a tithe from the Middle Ages…

Clearly, this is the first time that such an initiative will take place, and the criteria for success seem hard to define. But I feel that simply to attempt it, to commit to it, is a success in itself and shows the will of the French sports movement to modernize, in tune with modern trends and the ways in which our society is evolving.

Engagement 

Beyond the polls the IOC will conduct, and much more than likes and retweets, crowd-funding is a real way to prove the commitment of the French public and its support for Paris’ candidacy to organize the 2024 Olympics. These days, is it a stronger message to have 70% of the population tell a pollster that they support the Games? Or, rather, to have millions of anonymous donors participate in financing Paris’ Olympics ? We all know that it is possible to form artificial communities on social networks; and that responses to polls depend on how a question is worded and the conditions under which it is asked. It is much more difficult to ask an on-line community to participate financially, to dig into its pockets, even for a symbolic sum. But to take that road, convince the French public to participate, to put their money where their mouth is, is a way to increase their adherence to the project.

It would be a bit excessive to think that the Paris bid might be fully financed in this way. But if the French Olympic Committee can pull together several million euros through participatory financing, it will be an amazing, historical success.

Athlete Participation

 Having learned the lesson from the failed campaigns of the past, France is – finally – counting on its athletes to help promote the bid. Figures from the French sports world with millions of fans in the country and around the world. This wide base of admirers and followers will be the foundation of the campaign. While it is difficult to ask athletes to leave aside their training schedules and practices to spend time on the bid, at the risk of altering their performances in competition, they can be on the front lines of involving their fan base in a project of utmost importance to them. Many thanks to Luc Abalo, two-time Olympic gold medalist in team handball (and an artist in his spare time) who has realized the important symbolism of athlete participation, and to all the other athletes who will, I’m sure, get involved in mobilizing their communities.

World First

 Yes, this project will be the first of its kind in the world, and n more than one way. No previous Olympic bid campaign has used crowd-funding to pay part of the bill for hosting the games. And, without a doubt, this will be the biggest crowd-funding sports project in history. What other reasons, besides the Olympics, lead us to get involved? I would remind you that one of the earliest uses of grassroots crowd-funding was by Barack Obama in his first election campaign for the White House in 2008. Innovative, risky. And effective… Why not apply the same principles to an Olympic bid?

 

Like any “First Time Ever,” the initiative might seem scary. It will trouble some people; it will be criticized; and it will certainly create a fair amount of debate. As we’ve seen so many times in the past, perhaps the French public will hesitate, back off from a project that it doesn’t totally understand simply because it’s never been done before. But it’s a project that should make them proud. For once, an individual’s free choice will be taken into account, and no tax or tithe will be imposed on those who aren’t necessarily in favor of the Paris bid. Only those who support it will contribute. Let’s not forget that the collaborative economy was born from the world economic crisis. If it has grown so powerful today, it’s for a reason. The most important factor, in this case, is that the French public, each one of us, has to understand how strong a symbol it would be in our pursuit of the Olympic Games for Paris in 2024. YES WE CAN!

 

Risky? Of course. We all prefer knowing how things are going to work out. That any given course we choose is a sure thing, that it’s in the bag. But that’s not how it works. There’s no sense in denying the risks involved, and the possibility that we might not achieve our goals. It would be so much simpler to impose an “Olympic tax” on every man, woman and child participating in sports in France – by augmenting the price of each licence. But the only thing that would do is demonstrate that we live in an aging country using old, out-of-date methods…

Let those among us who want the Games, who dream of playing host to the greatest athletes in the world in the biggest event in the world of sports, step up. Let’s all chip in. It might not work, which is always a possibility when you try something new. When Renaud Lavillenie went after Sergei Bubka’s world record in the pole vault – which was considered unbeatable – he was probably the only one who believed he could do it. But he made it. He failed on a number of occasions, but kept trying. Until he sailed over the bar one night in February of 2010, with Bubka looking on…

This project, the first of its kind, will show the Olympic world that France is changing, that it’s willing to take risks, that it’s ready to innovate. Because the 2024 Games need to be different. And I hope that this project will help initiate others between now and September 2017 when the IOC decides which city will host the Olympics… Imagine that we’re able to raise millions of euros with this project. Imagine that it helps to change sports and the idea that we have of it. That the Olympic Games are no longer the domain of Big Money and taxpayer-funded bids, a reserved circle of multinational corporations and TV rights. With this initiative, we all have the opportunity to demonstrate our desire to host the Olympics in France. Better still, each of us, every French citizen who dreams of it, can participate according to his or her means…

I dream about these Games. I have for a long time.

Let’s go for it : JeRêveDesJeux

 

 

Capture d’écran 2015-09-22 à 15.16.02

 

 

Engageons nous !

Forcément, je suis pour ! En même temps qu’il lance sa campagne de mobilisation pour la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024, le Comité national olympique sportif français annonce qu’il fait le pari du financement participatif pour en boucler une partie du budget. D’une part, j’apprécie parce que la plateforme choisie pour accompagner ce formidable projet, c’est la nôtre, Sponsorise.me. Surtout, je suis persuadé que c’est un démarche innovante et positive, qui répond à l’air du temps.
Elle aura, j’en suis convaincu, une incidence directe sur la ville que choisiront les membres du CIO en septembre 2017. Comment pourraient-ils ignorer que l’économie collaborative n’est plus un simple effet de mode mais une vraie tendance, alternative et positive ? Comment le CIO pourrait-il rester aveugle face aux valeurs de ce mouvement qui ressemblent tellement à l’olympisme et son universalité ? J’en veux pour preuve le nombre de projets que nous recevons, que d’autres plateformes traitent aussi dans le monde entier, pour aider des athlètes ou des équipes qui souhaitent financer par ce biais leur préparation aux… JO.

Modernité et innovation. Certes, le crowdfunding répond à une logique ancestrale, mais c’est le développement des réseaux sociaux qui lui a permis d’exploser. Y recourir est une façon de démontrer que notre pays n’est pas écrasé par le poids de son histoire. Bien au contraire, Paris n’est pas une belle endormie qui sentirait la naphtaline, elle s’impose aujourd’hui comme une capitale vivante et innovante, un des premiers Hub de start-up dans le monde. Arrêtons de dire que notre candidature sera digitale car elles le seront toutes, mais soyons imaginatifs dans son utilisation. Soyons créatifs, prenons des risques pour bonifier notre projet, accentuer sa force et sa portée.
Mais attention aux idées que l’on voudrait mettre en place. Quand j’entends parler d’un système collaboratif, où l’on prélèverait 1€ par licence, j’ai personnellement l’impression qu’on nous plongerait des siècles en arrière, en nous imposant un nouvel impôt, une dîme moyen-âgeuse…
Évidemment, c’est la première fois qu’un tel pari est lancé, et les critères de réussite semblent difficiles à définir. Mais j’ai le sentiment que le simple fait d’essayer, de s’engager, est un succès et démontre la volonté du mouvement sportif français d’être à la page, ancré dans son temps et conscient des évolutions de la société actuelles.

Engagement. Au-delà des sondages que lirait le CIO, et bien au-delà des likes ou retweets, le crowdfunding est un véritable moyen de prouver l’engagement des Français, leur soutien derrière la candidature de Paris à l’organisation des JO de 2024. Aujourd’hui, est-il plus fort d’avoir 70% de la population qui se déclare pour, ou des millions d’anonymes qui participent à son financement ? On sait tous qu’il est possible de construire artificiellement des communautés sur les réseaux sociaux, que les réponses aux sondages dépendent d’abord de la question formulée à bon escient et au bon moment. Il est, en revanche, beaucoup plus compliqué de demander à ces communautés de participer financièrement, de mettre la main à la poche, même de manière symbolique. Mais s’engager dans cette voie, convaincre les Français d’y participer, c’est une manière d’exacerber leur adhésion au projet.
De là à affirmer que la candidature serait financée à 100% par ce biais, il y a un pas immense. Mais si le CNOSF arrive déjà à réunir plusieurs millions d’euros, ce serait un succès historique et phénoménal.

Implication des athlètes. Ayant retenu la leçon de ses échecs répétés, la France revendique une candidature portée par ses sportifs. Des athlètes emblématiques qui comptent des fans par millions chez nous, et dans le monde entier. Cette base d’admirateurs, de followers, sera le socle de cette campagne. Autant il est délicat de demander à des sportifs de délaisser leurs entraînements pour passer du temps sur cette candidature, au risque d’altérer leurs résultats en compétition, autant ils seront les premiers à impliquer leurs communautés, à leur demander de s’engager dans un projet qui leur tient à cœur. Bravo au handballeur Luc Abalo, double champion olympique et artiste à ses heures perdues, qui a réalisé la contrepartie symbolique de cette opération. Merci à lui, et à tous les sportifs qui vont, j’en suis sûr, s’investir et mobiliser leurs communautés.

Première mondiale. Oui, cette opération sera une première mondiale. À plus d’un titre. Jamais aucune candidature olympique n’avait utilisé le financement participatif pour régler une partie de sa note. Et sans doute allons-nous réaliser la plus grosse opération mondiale de crowfunding dans le domaine du sport. Si ce n’etait pas pour les Jeux olympiques, pourquoi nous engagerions-nous ? Je rappellerais que l’homme qui a dépoussiéré cette méthode du crowfunding n’est autre que Barack Obama, lors de sa première élection à la présidence des Etats-Unis en 2008, et avec le succès que l’on connaît… Pourquoi ne l’appliquerait-on pas à une candidature olympique ?
Comme toute première mondiale, la démarche fait peur à certains. Elle inquiète, va être critiquée, susciter de nombreux débats. Comme souvent, la France risque d’abord de s’arquer contre une initiative qu’elle ne maîtrise pas totalement. Pourtant, elle devrait s’en féliciter. Pour une fois, la liberté individuelle est prise en compte, et aucune dîme ne sera imposée à ceux qui ne voudraient pas forcément de cette candidature. Seuls ceux qui le souhaitent seront mis à contribution. Au contraire. N’oublions pas que l’économie collaborative est née de la crise et si elle est toujours aussi puissante aujourd’hui, il doit bien y avoir une raison… Surtout, la France doit comprendre que ce serait un symbole fort de mobilisation. YES YOU CAN !

Risqué ? Oui, forcément. Les gens préfèrent quand les choses sont sûres, acquises, déjà écrites. Hélas, ça ne fonctionne pas comme ça et on ne peut nier les doutes, les incertitudes liées à cette démarche. Il aurait été tellement plus facile de créer une impôt olympique appliqué à chaque sportif du pays… Mais cela n’aurait rien révélé si ce n’est que nous sommes un vieux pays avec des vieilles méthodes.
Que les personnes qui rêvent et veulent les Jeux s’engagent, qu’elles paient pour les obtenir. Il existe un risque d’échec, car on n’a jamais l’assurance de réussir lorsque l’on tente quelque chose de nouveau. Quand Renaud Lavillenie s’est attaqué au record du monde du saut à la perche de Sergueï Bubka, une barre que tout le monde pensait imbattable, il était sûrement le seul fou à croire en lui. Mais il a eu raison. Il a échoué plusieurs fois, et cela ne l’a pas empêché de recommencer. Jusqu’à ce qu’il s’envole un soir de février 2010, sous les yeux de Bubka…
Cette première opération va démontrer au monde de l’olympisme que la France change, qu’elle accepte de prendre des risques, qu’elle se veut innovante car les Jeux de 2024 se doivent d’être différents. D’ailleurs, j’espère que cette première initiative en appellera d’autres d’ici la désignation en septembre 2017 de la ville hôte de ces JO… Rêvons que nous arrivions à lever plusieurs millions grâce à cette démarche, rêvons que nous soyons copiés grâce à cette démarche. Rêvons que le sport change aussi, que les Jeux olympiques ne soient plus qu’une histoire de gros sous, récoltés par des impôts, des sponsors et des droits TV. Grâce à cette démarche, on a tous l’opportunité d’exprimer notre désir de voir les Jeux être organisés en France. Mieux, chacun d’entre nous, chaque Français qui en rêve au fond de lui, a le moyen d’y participer à sa manière…
Personnellement, je rêve de ces Jeux.

RDV le 25 septembre à 20:24…..

PS : Si vous êtes une entreprise, une collectivité, un club, que vous aussi vous revez des jeux, et que vous voulez à partir du 25 Septembre à 20:24 que vos collaborateurs, membres participent à la fête vous pouvez déjà précommander votre distributeurs de rubans… c’est ici!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s